Taxation de la cigarette électronique au Portugal : une augmentation prévue malgré les controverses

Le Portugal est connu pour avoir le taux de taxation de la cigarette électronique le plus élevé en Europe. Cette situation pourrait encore s'aggraver si l'on en croit les récentes propositions budgétaires du gouvernement. En effet, lors de la présentation du projet de budget pour 2024, une hausse de la taxation des produits du tabac, y compris la cigarette électronique, a été mise sur la table.

Les antécédents de la taxation de la vape au Portugal remontent à 2014, lorsque le pays envisageait de taxer les e-liquides à hauteur de 60 centimes d'euro par millilitre. Cette proposition a vu le jour en 2015, faisant du Portugal le pays européen avec la taxation la plus élevée pour les produits de vapotage. Cette situation a conduit l'Asociación Portuguesa de Vaporizadores (APORVAP) à plaider en faveur d'une réduction de cette taxation, mettant en avant les conséquences négatives pour les consommateurs sans compromettre les objectifs de santé publique. Cependant, leurs appels sont restés sans réponse.

Le projet de budget 2024 propose désormais de taxer toutes les cigarettes, indépendamment de leur coût, en fonction de leur impact sur la santé publique. L'objectif est d'harmoniser les taxes portugaises avec la moyenne européenne, en particulier pour les produits moins chers. De plus, le gouvernement souhaite étendre cette taxation aux e-cigarettes sans nicotine, considérées comme une passerelle vers le tabagisme pour les nouveaux utilisateurs et un risque pour la santé publique.

Ces propositions ont suscité de vives réactions, notamment parce que de nombreuses études scientifiques ont réfuté l'idée d'un effet passerelle entre vapotage et tabagisme. Néanmoins, le gouvernement portugais semble déterminé à poursuivre sur cette voie, malgré le fait que les taxes sur la cigarette électronique soient déjà les plus élevées de l'Union européenne.

Le Portugal compte actuellement plus de 1,5 million de fumeurs. Avec une taxation accrue de la cigarette électronique, qui est reconnue comme l'un des moyens les plus efficaces d'arrêter de fumer, il est probable que ce nombre ne diminue pas de sitôt. La question demeure : est-ce la meilleure approche pour protéger la santé publique, ou cela aura-t-il des conséquences imprévues sur les consommateurs? Seul l'avenir nous le dira.